Notre Histoire, celle de la révolution spécialement, si elle n’a pas ete écrite, c’est par le fait que les hommes qui affirment l’avoir faite ne le voulaient pas, car ce n’étaient que des hommes, lesquels s’ils l’ont faite et tant que la révolution perdurait étaient considérés comme des anges et une grande partie parmi eux étaient aussi purs que des anges, mais pas d’autres c’est ma nature humaine qui donne cette certitude.

Car l’homme est imprégné de par sa nature en bien et en mal et personne n’y échappe que ceux que Dieu a préservés. Vouloir que certains soient plus humains que d’autres, ou mieuxque d’autres, ne peut reposer sur des certitudes dont les bases historiques n’ont jamais existé, ce n’est qu’une vue de l’esprit, surtout lorsqu’on conduit un état sous-développé nouvellement admis dans le concert des nations et sans expérience préalable de l’état ni de la manière de le diriger. Se comparer aux nations dont l’état existe depuis des siècles me semble présomptueux.

L’intention à attribuer à un homme n’est pas du domaine du jugement humain sauf si elle se traduit en faits sans équivoque et dont nous possédons tous les éléments. Difficile de l’affirmer par qui que ce soit quand il s’agit des postes les plus élevés de l’état, ou une âpre lutte pour le pouvoir se déroule sans que personne ne la ressente vraiment.

La seule expérience qu’avaient les leaders à l’indépendance est celle de la révolution et de la lutte anti-coloniale et peut être aussi l’exemple de l’administration et de la politique coloniale en Algérie qu’ils ont vécu parfois dans leurs chairs et celles de leurs proches. L’école de la vie pour eux ne pouvait former des gens portés sur des notions qui nous ont toujours été exogènes dans notre culture patriarcale, tels que démocratie et droits de l’homme.

Je ne vois aucune utilité de toucher à Boumedienne ou à Boudiaf ou d’essayer de les comparer eux ou d’autres, c’est seulement en tant que révolutionnaires et en tant qu’hommes qu’il faut les appréhender avec leurs forces et leurs faiblesses, mais quoi qu’il en soit à mon humble avis, ces deux là ont le moins à se reprocher que d’autres, nous n’avons pas toute l’information et s’il faut aller la chercher dans un site de pieds noirs associé à un site de harkis, le problème n’est pas là. Ces pieds noirs que l’OAS dont ils ne font pas tous partie, a privés de l’Algérie de même qu’elle a privé l’Algérie de leur savoir faire en un moment ou elle en avait besoin, sont plus loyaux envers ce pays que l’engeance qui est en train de le détruire à jamais si rien n’est fait rapidement.