Non messieurs les journalistes français, ce n’est pas un borgne sans culture et sans savoir qui peut menacer et mettre en péril les intérêts de la quatrième puissance mondiale. Et encore moins des bandits coupeurs de chemins qui ont exécuté les deux journalistes de RFI. Alors que le chômage et la précarité ne cessent de s’étendre, que les licenciements se multiplient dans tout l’hexagone, le drame social qui menace avec le projet de suppression d’autres emplois et la fermeture d’autres sites industriels cristallise bien des angoisses et des enjeux sociaux et politiques…Les nationalismes et les extrémismes les plus primitifs ont ressurgi brutalement en France tandis que le FN occupe à quelques jours seulement des grandes échéances électorales la première place du podium dans les sondages. Par ailleurs, l’exploitation du gaz de schiste dont personne ne veut parler, ici et ailleurs, a déjà commencé, notamment en Algérie. Une exploitation dont seuls les initiés et les experts de la haute finance internationale et de la grosse industrie militaire connaissent réellement les conséquences…C’est dans cette logique qu’il y a lieu d’interpréter l’ignoble assassinat des deux journalistes à Kidal….

Non messieurs les journalistes français, ce n’est pas un borgne sans culture et sans savoir qui peut menacer et mettre en péril les intérêts de la quatrième puissance mondiale. Et encore moins des bandits coupeurs de chemins qui ont exécuté les deux journalistes de RFI. Alors que le chômage et la précarité ne cessent de s’étendre, que les licenciements se multiplient dans tout l’hexagone, le drame social qui menace avec le projet de suppression d’autres emplois et la fermeture d’autres sites industriels cristallise bien des angoisses et des enjeux sociaux et politiques…Les nationalismes et les extrémismes les plus primitifs ont ressurgi brutalement en France tandis que le FN occupe à quelques jours seulement des grandes échéances électorales la première place du podium dans les sondages. Par ailleurs, l’exploitation du gaz de schiste dont personne ne veut parler, ici et ailleurs, a déjà commencé, notamment en Algérie. Une exploitation dont seuls les initiés et les experts de la haute finance internationale et de la grosse industrie militaire connaissent réellement les conséquences…C’est dans cette logique qu’il y a lieu d’interpréter l’ignoble assassinat des deux journalistes à Kidal….